En mars 2013, le NJJ présentait « Les Gens qui comptent pas », une exposition de portraits dessinés ou photographiés qui eut lieu en Maison de l’étudiant (fac de Lettres de Nancy). Sans prétention ni révélation, l’objectif était de mettre en valeur ceux qui représentent la majorité, petit personnel, vagabonds des rues, artisans méconnus. Un symbole fort résumait l’état d’esprit de notre démarche : notre affiche réalisée à partir d’une photo de Martine, femme de ménage en Droit.

Salle comble pour la venue de Pierre Carles au Caméo Saint-Sébastien de Nancy le 6 décembre 2012. Invité par le Nouveau Jour J et l'association Forum-Les Débats, le spécialiste de la critique des médias défendait son dernier film, Hollande, DSK, etc. qui porte un regard affûté sur le traitement médiatique de la campagne présidentielle. Avant la projection de son film et le débat qui s'ensuivit, le réalisateur répondait à nos questions.

La venue des « ArcelorMittal » à Nancy ne sera pas passée inaperçue à la fac de Lettres de Nancy. Le 7 novembre 2012, le NJJ invitait Lionel Burriello, représentant des jeunes cégétistes, passé depuis secrétaire général de la CGT ArcelorMittal Florange, Rudy Crestani de la CFDT et leurs camarades de lutte dans une Maison de l'étudiant remplie à ras bord pour débattre après la projection du film « Sous le Gueulard, la vie » d'Emmanuel Graff. Un moment à revivre avec cette vidéo.

Jeudi 14 mai 2012, le Réseau Faîtes taire les perroquets est parvenu à cesser le « bruit de fond médiatique » de Laurent Joffrin et Maurice Szafran. Le patron du Nouvel Obs et son homologue de Marianne étaient invités à la Bibliothèque nationale de France pour une table ronde intitulée : « Presse, politique et indépendance rédactionnelle » … Pour découvrir le reportage, cliquez ici.

À gauche : Michel Fiszbin ; à droite : Julien Brygo.

Le 3 mai 2012, le NJJ remplissait un amphi de la fac de Lettres de Nancy en organisant son débat sur le journalisme d’immersion. Trois grandes figures de la profession étaient présentes : Anne Tristan, Claire Checcaglini et Hubert Prolongeau. Après avoir passé plusieurs mois dans les arcanes du Front National et/ou au cœur de l’univers des sans-abris, ils racontaient leur expérience lors d’une soirée exceptionnelle.