À Bure (Meuse), la résistance grandit ! Les 16 et 17 avril 2016, des champs ont été ensemencés sur des terrains visés par le projet d'enfouissement des déchets nucléaires. Débordant la dimension locale pour réfléchir aussi à la question du foncier agricole, le Printemps des luttes paysannes consistait, à travers une action symbolique, à se réapproprier ce territoire que les aménageurs souhaiteraient vide et contrôlable. Et, au-delà de ça, à défendre l’usage agricole des terres, à nourrir la résistance à CIGEO et à son monde, à construire un mouvement large et joyeux de résistance à l’artificialisation des terres, aux grands projets imposés et à la marchandisation du monde.

Si nous arrêtions de penser avec les mots de la droite pour sortir du chantage à l’emploi ? Telle est la question à laquelle Franck Lepage, Bernard Friot et d'autres membres du Réseau salariat tentent de répondre dans cette conférence gesticulée drôle et enrichissante, captée par le Nouveau Jour J au Grand Sauvoy à Maxéville le 9 mars 2016. Deux heures d'éducation populaire pour faire vaciller le système à travers une arme : le salaire à vie.

Rencontre avec deux des nombreux participants aux Nuits Debout à Metz, qui ont lieu sur la Place de la Comédie chaque soir à 18 heures depuis le 8 avril, dit aussi « 39 mars », date du tournage de ce reportage proposé par le NJJ pour l'AlterJT.

Le 12 mars 2016, le journal Fakir donnait rendez-vous devant le Palais de justice d'Amiens, qui a condamné les Goodyear, mais aussi Xavier Mathieu et les Conti, ou encore les militants de la Confédération paysanne pour avoir enlevé trois boulons à la Ferme des mille vaches. L'objectif ? Faire converger les luttes, pour combattre la résignation qui gagne les esprits. Pas pour se lamenter, non, pour inventer !

« Quand vous avez le même journal télévisé qui vous raconte la même chose, avec le même point de vue, sur TF1, France 2, France 3, M6, Canal +, j'en passe et des meilleures, on peut peut-être supprimer quatre des six chaînes et on ne s'en portera pas plus mal en matière de pluralisme. » Entre des analyses de la situation politique, économique et sociale de l'Équateur et des pays d'Amérique latine, Pierre Carles revient à ses fondamentaux : la critique des médias et de leur pensée unique. Le réalisateur présentait son dernier documentaire Opération Correa – Les Ânes ont soif, à Metz, le 22 octobre 2015. Extrait du débat qui a suivi la projection.