Télécharger : mp3, webm

Bruits de bar, conversations et cliquetis de verres en fond sonore, vous voilà dans la chaleureuse ambiance du Bon Temps. Dans les conditions du direct. Pour cette dernière soirée lecture de la saison, on a sorti le micro des studios de RCN et on l'a amené dans notre bar préféré, lors de notre soirée de soutien. Hélène Schwartz et Hugues Reinert, deux comédiens mosellans, interprétaient en direct la pièce de théâtre Tu crois qu'elle va venir ?, en compagnie de son auteur Pierre Merejkowsky, que nous avions déjà invité lors d'une double soirée lecture « Chez les fous » pour son texte Ich bin très gentil. Je ne suis pas un terroriste.

Dans Tu crois qu'elle va venir ?, PM, le personnage principal, est de retour et nous emmène, avec ses compagnons Claire et Christophe, aux confins des réflexions sur l'Auteur, cet être, cette notion trop souvent « définie par les sociétés d'auteurs » comme « le CRÉATEUR de droit divin et du siècle des lumières avec son cortège de droit patrimonial et de défilés du Ministre de la Culture ». D'entrée de jeu, Merej annonce : « L'auteur n'existe pas. le Droit d'auteur existe. L'auteur n'est pas Dieu, ni Staline, ni Maître. » S'ensuit une pièce à l'intérieur de la pièce subtilement écrite, une mise en abîme furieusement abstraite dans laquelle ni la Sacem, la Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique, ni José Bové, ni Arlette Laguiller, ni un certain « Postier candidat de la gauche radicale », ni Le Monde Diplomatique, ni le Bleu d'Auvergne, ni Michel Charasse ne sont épargnés. Si PM peut invoquer la défenestration des sénateurs, Pierre Merejkowsky provoque tout un tas de questions avec sa poésie révolutionnaire, superbement rythmée par les voix de Hélène Schwartz (bientôt plus d'infos) et Hugues Reinert, comédien et directeur artistique de la compagnie thionvilloise L'Escabelle.

La virgule est extraite de la chanson “RSA” du duo Anna C. et Barbiche, l'un des groupes invités lors de notre soirée de soutien (avec Amalgame et le duo made in NJJ Maxime et Tof). Nous les remercions tous les trois.

Ajouter un Commentaire