Télécharger : mp3, webm

"On en frissonne dans les romans, des existences esquintées, et y a qu’elles qui font de la bonne littérature, ça vaut rien quand c’est pas ébréché. Mais c’est autre chose de les avoir là, tout à côté de soi, de les voir se débattre agrippées à son bras, déchirées alors que soi-même on l’est déjà. Maintenant je les dégueule sur le papier, les vies brisées. J’ai appris ça à La Lironde et j’en ai fait un métier.” Et Pierre Souchon est devenu journaliste, et n'a oublié aucune des personnes qu'il a rencontrées au cours de ses nuits noires bipolaires ou de l'un de ses trois passages à l'HP. De ces âmes écorchées dès la naissance, il en tire des portraits plein de force et d'espoir, des récits nourris de vin d'orage. Son témoignage était l'une des meilleures entrées en matière possible pour ce premier volet de notre série “Chez les fous”.

Textes lus :

Deux extraits de ses Souchonnades : « L'Enfer, c'est moi », Fakir numéro 48 (décembre-janvier 2010) et « Tableaux cliniques », Fakir numéro 56 (août-septembre 2012).

« Je suis celui qui hurle en tournant sur lui-même dans la rue », Article XI, numéro 11 (mise en ligne : 12 avril 2013).

Programmation musicale :

  • “La Grande Ours” et “Ceux qui pensent”, La Mathilde

  • “Les Dingues et les paumés”, Thiéfaine

Extrait sonore : “La santé mentale ne soigne pas les psychotiques”, interview de Patrick Coupechoux, Mediapart (21 janvier 2014).

Ajouter un Commentaire