« En attendant le jour J », c'est la toute nouvelle émission radio proposée par le Nouveau Jour J sur Radio Caraïb Nancy (90,7 FM). Diffusée une fois par mois le mardi à 20 heures et le dimanche à 23 heures, elle mêlera entretiens en plateau et reportages longs formats. Justement, pour ce tout premier numéro, nos deux Lorrains vous emmènent à l'autre bout de la France, à Calais, la veille du nouvel an, aux côtés des militants qui soutiennent les réfugiés. Une heure 100 % en reportage pour raconter leur ordinaire au cœur de cette situation tristement extraordinaire.

 

Télécharger : mp3, webm

Ceci n'est pas un reportage dans la Jungle de Calais, mais à la périphérie. Calais, c'est un laboratoire de l’extrémisme qui en dit long sur ce qui nous attend. Sur ce qui attend, surtout, les réfugiés. Pas seulement parce qu'on peut y trouver des frontistes pures souches et autres nationalistes allumés. Non. Calais, c'est la traduction concrète, avant l'heure, des ravages du racisme diffus qui ruisselle jusqu'au lit du prolétariat et qui fait monter la haine entre des galériens laborieux et leurs voisins besogneux.

Calais, c'est le prémisse d'un avenir assombri par des années de stratégies électoralistes basées sur l'insécurité, qui auront permis de banaliser le traitement inhumain des réfugiés. Calais, c'est l'introduction à la fronde réactionnaire qui ne demande qu'à gagner tout le pays. C'est l'avant-goût d'un pays d'extrême droite, comme chantait Mano Solo, un pays où « si t'es pas de la bonne couleur t'es transparent », un pays où « la justice porte le képi, peine de mort au coin de la rue ».

Comment faire prendre conscience de l'ampleur de cette urgence sans État ? On ne se l'est pas trop demandé, sur place. Autant vous dire que l'heure de reportage qui suit part d'une improvisation totale le 31 décembre dernier. Disons qu'on se trouvait aux côtés des militants de Calais et qu'on avait un micro à ce moment-là. On l'a sorti, ça tombait bien. Toutes ces paroles étaient à graver. Pour raconter leur quotidien. Raconter leurs tensions avec la police, avec l'extrême droite et ses milices. Raconter l'exaspération face au camp de concentration en devenir, aux personnes qu'ils voient mourir, à cette banalité du pire.

« En attendant le jour J »

Émission d'entretiens et de reportages longs formats

Première diffusion les troisièmes mardi (à 20 h) et dimanche (à 23 h) du mois

Rediffusion en alternance avec nos soirées lectures « Contes du Quartier Nord et autres histoires de béton »