À force de me demander ce qui n'avait pas fonctionné, au cours du dernier entretien d'embauche puis du suivant, puis du suivant encore, je commençais à douter sérieusement de moi. Et si c'étaient eux qui avaient raison ? Et si je n'étais tout simplement pas capable d'exécuter ces travaux ? Heureusement, m'est venue l'idée du siècle : passer les concours administratifs…

C'est un rapport au temps différent quand nos journées ne sont pas occupées par le travail et autres activités épanouissantes à en mourir. C'est un rapport particulier aux autres aussi, et au vide qu'ils laissent pour remplir les bouchons sur les périphériques ou les métros pleins à craquer d'une foule qu'ils rejettent éperdument. Cette foule que le chômeur traverse, étranger. Ces impressions, difficile de les décrire mieux qu'en vers. En quelques rimes efficaces, Céd nous les partage.

Eh ouais, je raccroche au nez des téléopérateurs. Sans scrupule. Surtout quand ils vous téléphonent le midi ou le soir pour vendre des produits bien souvent inutiles aux honnêtes gens qui n'ont rien demandé, qui sont tranquilles chez eux. Bon, ça ne m'empêche d'avoir moi-même travaillé à l'autre bout du fil, sur une plate-forme d'appels...

L'histoire d'un généraliste moyen dans un monde de spécialités ou l'aperçu d'une violence sociale infligée à des millions d'autres chercheurs d'emploi (jamais trouvé).

Parfois, il arrive que Pôle Emploi se réveille et envoie directement, à mon adresse mail personnelle, comme s'il s'adressait véritablement à moi, une proposition d'emploi. Pas une simple offre, ni une annonce. Non. Une proposition ! Comme si c'était déjà fait, comme si j'avais juste à répondre « d'accord » ou « pas d'accord » et que l'affaire était dans le sac. Ça ne m'est arrivé qu'une seule fois. Pour devenir inventoriste.