Cordiste pendant deux ans, Éric Louis a cessé définitivement cette activité au lendemain de l'accident mortel de Quentin, qui était son collègue à Bazancourt dans la Marne. Dans un style tranchant, il a raconté l'envers du décor du métier dans le journal lillois d'enquête et de critique sociale La Brique. Il vient de publier On a perdu Quentin aux Éditions du Commun, un récit coup de poing sur la profession de cordiste et un vibrant hommage à son collègue. Possibilité de commander le bouquin (pour 6 euros) ou de le télécharger gratuitement en cliquant ici.