En plus de ses nombreux points de vente à Nancy et sur la Lorraine, le Nouveau Jour J est également vendu en ligne sur la Boutique militante, et peut donc être commandé depuis n'importe où dans la France - et même dans le monde ! Nos derniers numéros sont disponibles depuis le site de la Boutique militante. Voici leur présentation :

Numéro 9 : Faîtes chier Rossinot, les notables et le Crédit Mutuel

Au menu :

Concentration de la presse, pluralité de mes fesses : Enquête retraçant les conséquences concrètes de la mutualisation de la grosse dizaine de titres de presse quotidienne régionale du grand Est de la France au sein de l'empire du Crédit Mutuel (le PDG qui se sert de la presse comme d'un moyen de propagande, la fusion des pages nationales et internationales pour tous les titres, la médiocrité toujours plus poussée du contenu, le mensonge par omission ordinaire…). Rappelons que “LA banque à qui parler” étend son empire de L'Est Républicain au Républicain Lorrain, de Vosges matin aux Dernières Nouvelles d'Alsace, du Progrès à Lyon au Dauphiné Libéré à Grenoble, ce qui représente 1,2 millions d'exemplaires payés par jour.

De l'art de faire de l'éloge (et de brandir l'indépendance) : Immersion d'un mois à la rédaction de l'hebdomadaire nancéien La Semaine, le journal le plus complaisant et le plus dépendant des élus et des notables locaux, qui se déclare… “libre et indépendant” à tout bout de champ.

Plus belle sera la chute : L'histoire d'un électricien qui fit une chute de dix mètres sur le chantier d'un Centre régional des musiques actuelles et sa bataille juridique pour faire reconnaître les conditions de sécurité négligées et l'indifférence du Maître d'œuvre, la Ville de Nancy…

Ces villes qui ont honte de leur image : Longwy et son “Golf international”. Quand un ancien bastion sidérurgique tente une reconversion avec un 18 trous…

Les Gens qui comptent pas : Le petit personnel de l'Université de Lorraine. Zoom sur les employés qui subissent de près les conséquences désastreuses de la fusion des quatre universités de la région en un seul et gigantesque “outil d'excellence au service des étudiants et un levier de rénovation social-économique pour la Lorraine”.

Article historique : L'origine de la Porte Désilles et “l'Affaire de Nancy” qui survint, en 1790, au lendemain d'espérances déçues par la Révolution française.

Le Meurtre de l'A31 : Récit en BD du traitement d'un fait divers vu de l'intérieur de la rédaction du Républicain lorrain.

Et plein d'autres articles, brèves et même poèmes.

NJJ numéro 9

Été 2013

24 pages

Prix : 3 euros

Cliquez ici pour le commander sur la Boutique militante.

 

Numéro 10 : N'achetez pas le Nouveau Jour J ! Sinon vous allez prendre cher !

Au menu :

L’Héritage du Roi : Retour sur deux décennies de politique de transport du Grand Nancy. Enquête centrale qui se penche notamment sur l’obstination dont fait preuve André Rossinot pour conserver son tramway, malgré les dépenses faramineuses que nécessite son entretien (et c'est loin d'être fini).

La Maison près de la poubelle : un reportage à Bure aux côtés des opposants du projet d’enfouissement des déchets radioactifs.

Ces Villes qui ont honte de leur image : Toul, du pneumatique au resto chic. Un voyage au cœur de la reconversion de l'ancienne usine de pneumatiques Kléber de Toul, depuis les souvenirs de la lutte au moment de la fermeture jusqu'à la création d'une brasserie haut de gamme dans les anciens locaux et le projet de création d'un luxueux hôtel 4 étoiles.

Les Gens qui comptent pas : portraits et témoignages des éducateurs spécialisés de Vandoeuvre licenciés suite aux mesures prises par le Conseil général 54 pour faire des économies.

Article historique : La rafle manquée de Nancy. Retour sur l'un des plus beaux épisodes de désobéissance civile qu'a connu notre région quand sept policiers de Nancy préviennent, en 1942, les juifs de fuir la ville avant qu'ils ne soient arrêtés, puis déportés…

La Maison du Squatteur : roman-photo.

Et plein d'autres reportages, articles et chroniques…

NJJ numéro 10

Hiver 2013/2014

24 pages

Prix : 3 euros

Cliquez ici pour le commander sur la Boutique militante.

 

Numéro 11 : Le NJJ rebat les cartes !

Notre canard annonce la victoire au procès au sujet des affichages sauvages qui l'oppose à la ville de Nancy (le Grand Nancy ayant abandonné sa plainte et sa menace de 7 000 euros d'amende pour le retrait de 68 affiches).

Sans dossier principal, ce numéro de rentrée a été voulu un peu « bâtard », un beau bordel bien mixé qui ne se passe pas pour autant d'articles de fond et de reportages qui s'écrivent depuis tout en bas. Petit aperçu de ce que vous réservent ses seize pages : la Maison des Gens qui comptent pas, le Tafta près de chez vous, le fantôme de Michel Dinet, la guerre et le cul, le trader devenu brasseur, le socialo à la préférence nationale, la salle de la révolte à la fac, ou encore la sauterie des notables sur le dos du contribuable…

NJJ numéro 11

Automne 2014

16 pages

Prix : 3 euros


Cliquez ici pour le commander sur la Boutique militante.

 

Numéro 12 : Vis ma vie d'éboueur - La gestion des déchets vue de l'intérieur

Toujours aussi pertinent dans le fond et impertinent dans le ton, notre douzième numéro est un pari osé, risqué même, et ce pour de multiples raisons :

Il a nécessité plus d'un an et demi de travail.

Il n'a été rédigé que par un seul rédacteur qui raconte son expérience d'intérimaire durant l'hiver 2013-2014 à la Rimma, filiale de Veolia Propreté, prestataire de collecte des déchets du Grand Nancy.

Il ne traite qu'une seule thématique – la gestion des déchets sous l'œil des éboueurs – déclinée en portraits, reportages, analyses sociologiques, angles historiques…

Ces quarante pages se conçoivent comme un magazine qu'on lit un peu chaque jour et qui au fil des pages raconte aussi bien des moments simples passés dans la cabine ou à l'arrière du camion-benne que la façon dont un service public – la collecte et la gestion des déchets – est confié aux mains d'une multinationale – Veolia – par nos élus.

De la camaraderie des éboueurs à la dangerosité de leur métier, de leur virilité affichée à leur sensibilité dissimulée, de la progression des idées du FN dans leurs discours à leur résistance à la contamination managériale, de nombreuses thématiques sont développées afin de rapporter, non pas des scoops ou de l'extraordinaire, mais juste l'ordinaire d'une classe qu'on n'entend pas, celle des Valeureux du quotidien et des galériens des aurores.

Puisque la presse quotidienne régionale ne propage plus l'écho de leur indignation autrement que par des sujets découpés millimétrés, réinventons de nouvelles formes, élargissons les possibles, redéfinissons une profession qui devient de plus en plus le relais des élus et des notables provinciaux. Prenons le temps d'écrire nous-mêmes notre propre journal, prenons le temps d'oser nos rêves et d'inventer notre Nouveau Jour J.

NJJ numéro 12

Printemps 2015

40 pages

Prix : 4 euros

Cliquez ici pour le commander sur la Boutique militante.

 

Numéro 13 : Le Mirage d'une Terre d'asile - Illustration locale d'un scandale tranquille

Plus court (A4) mais plus régulier (trimestriel), telle est la devise du NJJ à partir de ce numéro, marqué par un changement important de maquette. Sous les apparences légères de sa Une (pastiche de Closer), ce treizième numéro ne contient que du lourd. Et pas seulement parce que nous annonçons que nous risquons (encore...) plus de 7000 euros d'amende pour, soi-disant, un affichage sauvage datant de juin 2013, prétexte pour écraser notre précaire aventure. Au menu :

Illusions tordues : Stéphane Hablot sous sérum de vérité Le maire de Vandœuvre nous avoue tout, y compris qu'il "encule le FN" et que ses "propres copains du PS" "se comportent comme des royalistes, des monarques", mais est-il vraiment shooté ou pas ? Pas plus, visiblement, que lorsqu'il implore Manuel Valls d'être "plus strict sur les délais" de "raccompagnements à la frontière" des demandeurs d'asile...

On leur cache tout, car ils nous disent rien Quand les journalistes s'en prennent aux "trotskystes des champs" et aux "révolutionnaires aux cheveux sales"... Retour sur le traitement médiatique, l'été dernier, du camp de militants anti-nucléaires à Bure (Meuse), où un énorme projet d'enfouissement des déchets radioactifs est en cours.

Les vacances sur l'Île-aux-Riches Journal de bord d'un touriste-reporter lorrain tombé par hasard sur la Bretagne des rupins. En vacances, Sylvain rencontre un Toulois qui lui apprend que l'île sur laquelle il aime emmener sa douce en été se transforme en une énorme résidence secondaire pour "chefs d'entreprises du CAC 40, journalistes de télés nationales et artistes à la mode". Même sur la plage, il passe alors en mode reportage...

DOSSIER Le Mirage d'une Terre d'asile Illustration locale d'un scandale tranquille avec la caserne Faron. À Vandœuvre-lès-Nancy, cet ancien bâtiment de l'armée de Terre est réquisitionné depuis l'été 2013 par la préfecture, qui en a fait un Centre transitoire d'hébergement pour demandeurs d'asile. Deux ex-bénévoles proposant des jeux aux enfants racontent l'aspect déshumanisant de cette caserne désaffectée. Cela tombe bien : ils sont, parallèlement, rédacteurs au NJJ... En zoomant sur Faron, et ce qu'il y a autour (notamment l'intérêt des élus et d'une partie de la population pour un projet d'"écoquartier à visage humain" et leur indifférence pour les humains qui occupent la caserne), le but est de pointer non pas une situation particulière, mais une dérive humaine et humanitaire qui dépasse largement les murs de la caserne, du Grand Nancy ou même du pays.

La Rubrique de la confiance : Le premier rédacteur de droite de l'histoire du NJJ (eh oui, on l'a accepté à condition qu'il se fasse exploiter) propose une visite guidée "capitaliste" de la Fête de l'Huma au milieu des stands de la Fondation Orange, Safran, Dassault Aviation ou encore Veolia Campus...

Championnat de foot Inter-Patrons : après la vidéo, le reportage écrit !

Et d'autres articles : chroniques, poème...

NJJ numéro 13

Hiver 2015/2016

40 pages (A4)

Prix : 4 euros

Cliquez ici pour le commander sur la Boutique militante.

 

Numéro 14 : Misères et tourments du journalisme dissident

Comment André Rossinot voulait nous faire raquer 7000 euros. Pourquoi on a gagné (pour la deuxième fois !) notre procès. A-t-on pour autant de vraies raisons de nous réjouir alors que seuls survivent la presse locale qui lêche le cul des notables ou les médias pleins de pubs, d'actionnaires et de faits-divers ? Voilà, si on devait résumer, ce que vous trouverez dans le dossier de notre numéro de printemps. Qui sortira dans tous les kiosques du Grand Nancy, de Longwy, Toul, Pont-à-Mousson à partir de ce lundi 18 avril. Le programme complet de ce quatrozième opus.

Psycho : Le Journal intime de Morano Nadine n'allait pas bien ces derniers temps. Elle nous a écrit le récit de ses tourments. Ça va mieux.

La cave de Tof, le cauchemar de Rausch (et bientôt de Rossinot ?) Portrait du meilleur de nos afficheurs dans son mystérieux QG.

Les Gens qui comptent pas : Témoignages des immigrés espagnols du Pays-Haut.

Et Saint-Sébastien dit : lève-toi et marche... jusqu'à la caisse Reportage aux côtés des vieux squatteurs de l'institution nancéienne, le centre-commercial Saint-Sébastien. Qui préférerait s'en débarrasser.

DOSSIER Misères et tourments du journalisme dissident Making-of du NJJ de nos procès pour affichage sauvage (tous deux remportés !) à nos ennuis quotidiens (la pression des flics lors des ventes à la criée, les affiches constamment recouvertes par l'industrie culturelle sur les panneaux d'expression libre, la terrible indifférence des confrères, le rejet de notre canard lors de certains évènements...). Tout ça pour une illustrer une chose : la sélection insidieuse qui s'effectue entre les journaux pourris par les actionnaires, la pub, les business plan, etc., et les journaux qui n'ont que les bonnes volontés de leurs bénévoles pour crier leur existence dans un désert d'indifférence.

Karaoké : La Mort du rêve lorrain

Bac résistance mention piratage informatique Portrait de Loïc, l'anonymous emmerdé par la justice pour son implication dans les piratages informatiques destinés à dénoncer le projet de centre d'enfouissement des déchets nucléaires de Bure et sa... non implication dans une autre attaque.

De Longwy à Notre-Dame-des-Landes : D'une trahison l'autre... et au bout la révolte ! Portrait de Françoise Verchère, ex-socialiste devenue apprentie zadiste.

NJJ numéro 14
Printemps 2016
40 pages (A4)
Prix : 4 euros

Cliquez ici pour le commander sur le site de la Boutique militante.

 

Numéro 15 : Insécurité ? Attention... Protégez-vous des policiers !

Immersion au stage commando du Pays-Haut !
Notre envoyé spécial martial raconte son weekend d' « aguerissement fôret et close combat » organisé par un fan de combat rapproché israélo-tchécoslovaque, Légion étrangère et groupuscules fachos  en milieu tout à fait « hostile » : en plein sur les terres de l'ancien député-maire UMP de Longwy, Édouard Jacques !

 

Violences policières, judiciaires, médiatiques, carcérales...
Zoom sur le durcissement de la répression du mouvement social à travers de nombreux exemples :

Militants CGT passés à tabac lors d'une manifestation contre la loi Travail à Metz,
Torture et fouilles au corps à nu en prison sur un militant turc marxiste-léniniste,
Retour sur l'affaire du Petit Chaouen, ce commerce nancéien dont les gérants ont subi plaquage à terre, étranglements, coups, insultes racistes et autres violences policières,
Chasse aux Rroms, évacuation des campements de sans-papiers au bulldozer et traitement ordinaire des migrants à Metz,
Ou encore témoignage d'un CRS vrai de vrai pour qui la police est « une grande famille d'alcoolique, de dépressifs, de cas sociaux, et parfois immatures » qui reprennent parfois en chœur « des chants nazis » au retour d'une intervention à Calais...

>> 18 pages trépidantes de témoignages, reportages et caricatures.

 

« Pourquoi j'ai tenté d'offrir un bleu de travail à Macron »  : Lettre ouverte à Philippe Rivet, chien de garde de L'Est Républicain, suite à son traitement servile et lâche de la venue de l'ex-ministre de l'Économie Emmanuel Macron à Nancy en juin. Et portrait exclusif du porteur du fameux bleu de travail qu'on a brandi à Macron devant les patrons.


Et bien d'autres reportages sur la menace de fermeture d'une partie de la MJC des Trois-Maisons, sur Mathieu Klein l'ami socialiste des patrons...

 

NJJ numéro 15
Automne 2016
44 pages (A4)
Prix : 4 euros


Cliquez ici pour le commander sur la Boutique militante.

Ajouter un Commentaire